Notre parcours, jour après jour

Quatre-vingt-quinzième étape : 66 km et un peu plus de 3 H 30. Etape tranquille aujourd’hui, juste quelques gouttes de pluie sur les premiers kilomètres puis le soleil. Nous avons fait une halte à Bamberg, ville de taille moyenne, et ville épiscopale, elle abrite 2 200 monuments historiques où les églises médiévales côtoient les maisons bourgeoises de style baroque et les édifices monumentaux. Le monument le plus réputé de cette ville est la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Georges, dont les quatre tours s’élèvent par-dessus la ville, et qui est l’une des plus anciennes cathédrales de l’Empire. Celui que nous avons préféré est l’ancien hôtel de ville, bâti au XIV éme siècle, sur une île artificielle de la Regnitz. C’est une ville où nous reviendrons pour la visiter plus en profondeur. Ce soir, nous sommes dans une petite ville Sand Am Main et demain, nous serons à Wurtzburg.

Le staffelberg vu d’en bas, Staffelstein, Bamberg, et Ziel am Main

Quatre-vingt-quatorzième étape : 68 km et un peu plus de 4 h. Nous sommes toujours en Bavière, dans le parc naturel de la Suisse Franconienne dans le Jura. C’est donc un paysage de moyennes montagnes riches en châteaux, églises et villages de toutes sortes et avec la vallée du Main qui y serpente. Les traditions au nord de la Bavière, culturellement différentes du sud sont également très présentes. Les costumes traditionnels mais aussi les plats régionaux sont différents. Par exemple, nous y avons goûté des roulades accompagnés de schloss que nous n’avions pas vu à l’aller quand nous sommes passés au Sud de la région. Cette après-midi, nous avons randonné et gravi le Staffelberg, réputé comme étant un des reliefs les plus remarquables de la Franconie. Demain, nous continuerons dans la vallée du Main.

Les fameuses roulades accompagnées de Schloss, habitats typique de la région Bavaroise, paysages et le Staffelberg, montagne jurassienne.

Journée de repos à Bayreuth. Paix et repos aujourd’hui. Grasse matinée, visite de l’opéra, du musée d’art moderne et du château et sieste …Nous avons appris aujourd’hui un peu d’histoire de la Bavière et plus précisément de la Franconie. Un peu d’histoire commune entre cette région et la France, un des trois fils de Charles Martel en étant originaire. (Empire Carolingien) Nous savions Charlemagne probablement natif de Aix la Chapelle en Allemagne mais à priori, Pépin le Bref, lui aussi était natif d’une région qui est allemande aujourd’hui. Demain, nous remontons sur la bicyclette et nous suivrons le Main ou Mein affluent allemand du Rhin.

L’opéra et la salle des palmiers au château. (Nous la trouvons particulièrement moche mais elle a concouru à la célébrité du château…)

Quatre-vingt-treizième étape : 56 km et 4 H. Le parcours aujourd’hui fut encore difficile et j’en avais sous-estimé la difficulté. Un peu plus de 900 m en cumulé et parfois des pentes à 17 %…. De quoi justifier un kief bien mérité juste après la douche. Nous sommes allés ensuite à la découverte de Bayreuth sous un soleil timide mais néanmoins suffisant pour une ballade en tee shirt. Nous avons choisi aujourd’hui de faire un tour de ville des principales curiosités, curiosités forcement axées autour de la musique et de Wagner. Demain, nous visiterons plus  en profondeur certains de ces sites.

La petite place de Bischofsgrun (connue pour son tremplin et sa station de ski), et Bayreuth, la statue de Wagner, l’opéra des Margraves, la maison de Wagner, le château de Frédérique Sophie Wilhelmine de Prusse, son église etc.

Quatre-vingt-douzième étape : 65 km et un peu plus de 4 H. Etape de transition aujourd’hui. Nous sommes arrivés en Allemagne, à Marktredwitz dans la région bavaroise, en ex RDA.  Nous nous sommes arrêtés à  Sokolov et à Cheb. Cette dernière station fut une halte forcée afin de nous permettre de nous mettre à l’abri. Eh oui, nous revenons vers l’ouest et de nouveau il pleut. Nous avons également retrouvé les pistes cyclables allemandes. A l’aller, nous les avions trouvées somptueuses mais après avoir gouté à celles de la Tchéquie, elles nous le  paraissent beaucoup moins… Autre différence marquante, les magasins ont des horaires d’ouverture très restreints, et de ce fait, les rues sont beaucoup moins vivantes. Demain, nous serons à Bayreuth et nous y passerons deux jours.

Sokolov, sa place, Cheb et son église, un coucou de Véro de la Tchéquie (je suis moi déjà en Allemagne…) et quelques points de vue sur notre chemin.

Quatre-vingt-onzième étape : 52 km et 3 H 30. Nous nous sommes de nouveau régalés ce matin. Encore aujourd’hui, les paysages furent enchanteurs nonobstant quelques kilomètres  empruntés sur des voies à grande circulation. Nous nous sommes arrêtés à Karlovy Vary (ou Carlsbad), ville thermale célèbre pour ses nombreuses sources thermales. Nous avons été impressionnés par l’opulence et la richesse qui s’étale dans cette ville et nous sommes arrivés à Loket, village médiéval. Son château du XII eme siècle était un lieu  où l’on appliquait le droit de torture, sur une musique d’ambiance pour les âmes sans cœur. Demain, nous serons en Allemagne. La Tchéquie est en général très agréable et les tchèques, après un premier contact plutôt réservés se révèlent être très sympathiques et parfois même joviaux. Cependant, nous sommes toujours étonnés par l’ignorance du savoir vivre à l’Est. Personne ne songerait ici, à aider une vieille dame avec son vélo, ou à porter  dans des escaliers la poussette d’une jeune maman. Il s’avère que ces règles  courantes dans l’Europe du sud sont parfaitement inconnues dans la plupart des autres pays.

Quatre-vingt-dixième étape : 71 km et un peu moins de 5 H. Aujourd’hui, encore de très jolis paysages. Dès ce matin, nous avons traversé une grande forêt, le soleil perçait sa voûte, un fort charmant spectacle !!! Une de nos amies aurait certainement voulu étreindre beaucoup de ces feuillus….. Toutefois, le parcours ne fut pas qu’un divertissement. Beaucoup de dénivelés (un peu moins de 1000 m cumulés) et vent de face. De ce fait, Véro sous le prétexte fallacieux que la montée était à 16 % a refusé de prendre certains sujets en photo!!!! Par exemple, nous avons vu ici des maisons couvertes de chaume. Nous nous sommes arrêtés à Rakovník, ville royale, ses remparts médiévaux, sa synagogue, et sa ravissante petite place puis à Rabštejn nad Střelou, que les tchèques considèrent comme la plus petite ville historique de la Tchéquie.  Outre son cadre magnifique et la rivière Střela, il y a le château de Rabštejn, le monastère des Servites, un pont de pierre, un cimetière juif, les ruines du second château  et des maisons anciennes. Ce soir nous sommes à Zlutice.

Quatre vingt-neuvième étape : 71 km et un peu moins de 4 H 30. Nous avons quitté Prague en longeant la rivière Vltava, jusqu’à son confluent avec la Berounka que nous avons ensuite suivi jusque Nizbor et enfin rejoint Krivoklat où nous sommes ce soir.  La sortie de la capitale de la Tchéquie  fut plus aisée que l’entrée et nous avons, dans notre malheur eu la chance, de n’avoir la pluie que sur les derniers 40 km. Nous en avions perdu l’habitude… Sur le parcours, nous sommes passés à proximité du château de  Karlstejn, la résidence d’été du roi Charles IV que nous n’avons même pas photographié faute de luminosité suffisante, puis en empruntant une jolie vallée, nous sommes arrivés à Beroun et son charmant centre-ville  et enfin après avoir gravi un petit 500 m de dénivelé, nous sommes redescendus sur Krivoklat dont la première mention écrite date de 1110. Un joli château fondé  au XII eme siècle mais fermé le lundi et un musée de la moto  (collection de Jawa et de CZ) également fermé ….. Demain, nous devrions renouer avec un temps plus clément.

 

Les photos du jour.

Dernière journée de visite à Prague. Aujourd’hui, notre visite s’est déroulée sous de meilleurs auspices: nous avons eu un superbe soleil ! Nous sommes montés à l’observatoire par le funiculaire puis au château où nous avons pu admirer la ville de Prague. Nous avions déjà assisté hier à la relève de la garde et nous sommes donc allés flâner autour du monastère, de la cathédrale Saint-Guy et de la basilique Saint-Georges. Nos amis sont partis maintenant et sont en route pour rejoindre leurs pénates. Demain, nous remontons sur nos bicyclettes toujours vers l’ouest.

Prague

Journée de visite à Prague. Nous avons été rejoints hier soir par nos amis français et ce matin, après le petit déjeuner, nous sommes partis tous les six en visite au centre-ville. Prague, ville empreinte de magie par la présence  de plusieurs cultures qui se sont entremêlées en ses murs, blottie dans les méandres de la Vltava, tour à tour ville royale, cité impériale, bourgade provinciale assoupie puis capitale renaissante d’un État moderne, cette capitale s’est façonnée une jolie image, accumulant en couches successives un patrimoine architectural et artistique incomparable. Surnommée « la ville aux mille tours et mille clochers », elle est réputée pour sa place de la Vieille-Ville, cœur de son centre historique, où se dressent des bâtiments baroques colorés, des églises gothiques, une horloge astronomique médiévale qui s’anime toutes les heures et le fameux pont Charles, piéton, et bordé de statues de saints catholiques. Nous n’avons pas eu la chance d’être épargnés par les cieux et nous avons dû  subir la pluie une grande partie de la journée. Demain, nous devrions avoir du soleil.

 

Prague.

Quatre vint-huitième étape : 36 km et un peu plus de 2 H 30. La banlieue de Prague est assez étendue et les chemins pour arriver au centre ne sont pas toujours aisés mais nous y sommes. Nos amis Autrichien, Thomas et Uschi nous ont déjà rejoints et nous sommes allés dans la vieille ville de Prague dîner. Kriko et Isa arrivent ce soir. La dernière fois que nous sommes venus à Prague fut pour son Marathon et la visite de la ville fut diurne. Ce soir, nous avons pu admirer Prague en nocturne et c’est une autre féerie. Demain, nous continuerons la visite.

Prague

Quatre vingt-septième étape : Alors pour l’anniversaire de Véro, seulement 73 km en un peu moins de 4 H 30, presque que du plat, et une chute… Sans gravité cette fois !!! Etape de liaison : Nous avons commencé par une bosse, une jolie église isolée puis nous sommes arrêtés à Kolin, pour admirer sa cathédrale, sa synagogue soigneusement restaurée et sa jolie place et nous avons suivi l’Elbe jusque Celakovice, petit village sans intérêt. Demain, nous serons à Prague où des amis nous rejoignent, mais ce sera une autre histoire….

Les photos au long du parcours

Quatre vingt-sixième étape : 67 km et un peu plus de quatre heures. Nous sommes en Bohême, à Kurna Hora. Heureuse surprise! Ce n’est pourtant qu’une petite ville par son nombre d’habitants (à peine 20 000) mais combien riche par son histoire et ses monuments,  l’église Sainte Barbe, église dont la ligne faîtière classiquement rectiligne des églises gothiques est remplacée par trois pyramides concaves surmontées de clochetons (symbole de la Trinité) et dont les peintures médiévales sont encore visibles. Elle est dédiée à la patronne des mineurs, l’extraction de l’argent ayant été l’activité principale de la ville pendant le Moyen Âge. Mais il a aussi, sa colonne de la peste, sa fontaine de pierre, les églises St Jacques et de la mère de Dieu Balayée, et puis ses maisons en Pierre, la maison de Tyl etc. Cette bourgade est d’ailleurs inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. En chemin, nous avons aussi pu admirer à Caslav l’Eglise de Pierre et Paul, à Zleby, son château romantique et les ruines du château de Podhradi. Autre curiosité, Sec. La Tchéquie n’ayant pas de mer, toute étendue d’eau devient station balnéaire. Demain, nous nous rapprocherons de Prague.

 

Les photos d’aujourd’hui.

Quatre vingt-cinquième étape : 67 km et près de 4 H 30. Toujours de remarquables paysages, paysages que nous pouvons presque qualifier de rupestre. En effet, nous sommes passés aujourd’hui dans diverses stations de ski alpin et nous avons eu la chance (!) de gravir entre les poteaux de remontée mécanique ce qui est une piste l’hiver quand il y a de la neige. Tout ça pour dire que le cheminement aujourd’hui ne fut pas aisé. Demain, encore, il en sera de même et les quelques jours de repos que nous prendrons à Prague seront bien mérités. Ce parcours est aussi l’occasion pour nous de constater que, tout comme en Pologne, les infrastructures sont d’un niveau de qualité très élevé et bien supérieur à ceux que nous avons en France et ce,  que ce soient, les équipements sportifs, les pistes cyclables, les routes, les rues piétonnes, les abords des gares, les centres ville, etc. De même, bien qu’il soit placé dans le classement IDH des pays de l’Europe, derrière la France (la Tchéquie est 18 eme quand la France est 15 eme), le niveau de vie en Tchéquie semble là aussi bien plus élevé qu’en France….  Aujourd’hui, nous avons passé les 6000 km à vélo et ce soir, nous sommes à Hlinsko, station de ski à trois étapes pour nous de Prague.

Zdar  son église de pèlerinage de St. Jean de  Nepomuk (classée au patrimoine mondial de l’UNESCO) son vieux cimetière, le parcours jusque Hlinsko jalonnés de pistes de ski et de pistes VTT,  l’hôtel de ville de Hlinsko, et sa zone de conservation de l’architecture populaire

Quatre vingt-quatrième étape : 27 km et plus de 2 H. L’étape fut courte mais ardue. Nous avons grimpé sur presque toute la longueur de l’itinéraire. Demain, nous aurons le même dénivelé mais sur plus de 50 km. En partant de Tisnov, nous nous sommes arrêtés à son abbaye cistercienne, connue surtout pour son  magnifique portail de Porta Coeli, puis nous avons croisé le château Perstejn, toile de fond du film Nosferatu et dont la légende dit qu’aucune troupe ne pouvait vaincre. Ce soir, nous sommes à Bystrice, petite ville sans grand intérêt si ce n’est son musée Tatra. Nous avons enfin pu goûter les spécialités culinaires tchèques. La cuisine ici aussi est plutôt roborative, souvent à base de viande, bœuf et porc. Il y a le goulasch qui en fait est une soupe à base de bœuf, des soupes à base betterave ou de choux, un équivalent du schnitzel, il y a aussi une viande de porc servie avec de la confiture de cerise dans une sauce épaisse avec des boulettes à base de pain (nous ne nous rappelons pas le nom). Enfin, des plats plutôt lourds. Demain direction Hlinsko.

l’abbaye cistercienne et le portail de Porta Coeli, le château Perstejn, au cours de chemin, et enfin Bystrice … et les Tatras, Skodas, Jawas, Polskis et autres

Quatre vingt-troisième étape : 43 km et 3 H. Petite étape par le nombre de kilomètres mais pas par le dénivelé. Nous montions, nous descendions, nous montions, nous descendions…. Pas de longues montées mais des bosses de quatre ou cinq cent mètres au plus à l’exception d’une qui faisait presque 3 km et sur un chemin en forêt. Il y en a qui ont mis pied à terre mais je ne la dénoncerai pas !!! Cependant, notre parcours fut plutôt plaisant, le barrage de Brno,avec sa retenue d’eau,  destination touristique prisée des Brnoois, le château de Veveri et puis de jolis paysages. Nous n’avons pas encore disserté à propos de la conduite des Tchèque. Eh bien ! elle est à l’image de celle des Allemand pour le respect des cyclistes et à l’image des Français pour l’irrespect des passages piétons, des feux tricolores, des stops ….. Demain, de nouveau, petite étape avec gros dénivelé.

Le lac du barrage de Brno, le château de Veveri et Tinov ou nous sommes ce soir.

Journée de visite à Brno : C’est la deuxième plus grande ville de la Tchéquie. Architecture intéressante, dominée par la Villa Tugendhat, (UNESCO) avec en point dominant, au-dessus du centre-ville historique le château Spilberk, célèbre pour ses  cachots où ont soufferts et sont morts tant de révolutionnaires de toute l’Europe (entre autres Jean-Baptiste Drouet, leurs homologues jacobins hongrois, les patriotes italiens, les carbonaristes  et les participants du soulèvement de Cracovie de 1846 y sont enfermés), son hôtel de ville, ses maisons baroques, le quartier ancien Petrov avec la cathédrale de St Pierre et Paul, ses nombreuses autres églises (St Michel, St Thomas, Sainte marie Madeleine, St Jean de Lorette….) et en particulier St Jacques ou nous avons grâce à un coup de chance pu visiter sa tour et pénétrer sous son toit ….. Ce midi, animation sur la grand place Ezlny, place du XIIIème siècle ou il servait des plats traditionnels Tchèques,  bons, très carnés, à base de porc et de volailles mais impossible de vous en retranscrire le nom….. Demain, nous repartons direction Prague, plus au Nord que nous atteindrons vendredi.

Brno sous tous ses angles ….

Quatre vingt-deuxième étape : 72 km et 4 H. Beaucoup de dénivelé (700 m) principalement concentrée sur deux côtes et nous avons mouillé le maillot. Les deux prochaines étapes seront encore plus pentues mais heureusement, nous prenons une journée de repos avant. Problème de signalisation ou d’itinéraire, nous devions passer sur le champ de bataille d’Austerlitz mais nous ne l’avons pas vu…. Nous avons quand même aperçu à Slavkov  et à Bučovice leurs châteaux. Hier soir, tout comme avant hier, impossible de trouver un restaurant qui sert des plats tchèques. Les seuls endroits pour dîner étaient des pizzerias. Nous allons réitérer ce soir à Brno, où nous espérons avoir un peu plus de réussite …

Peu de photos, peu de sujets….

Quatre-vingt-et-unième étape : 85 km et un peu moins de 5 H. Nous avons continué au cours de l’eau en descendant vers le sud, un arrêt à Uherské Hradisté, une des grandes villes de la Moravie, atteint Kunovice, célèbre pour la production de petits avions et son musée que nous avons entrevu en passant,  traversé le grand parc Français du château Milotice (nous étions alors à quelques centaines de mètres de la Slovaquie) puis remontant vers le nord, nous sommes arrivés à Kyjov,  région viticole. Itinéraire un peu usant : Quelques kilomètres de pistes gadouilleuses et un parcours traversant des banlieues résidentielles. A ce propos, les maisons ici ne sont pas originales, en fait beaucoup sont des cubes, quatre cotés et un toit plat. Demain, nous continuons la remontée vers le nord, direction Brno où nous prendrons un peu de repos.

Uherské Hradisté, Kunovice, le château Milotice, Kyjov et sur le parcours.

Quatre-vingtième étape : 72 km et moins de 4 H. En préparant le parcours hier soir, nous étions un peu craintifs, il semblait y avoir beaucoup de chemin et en effet, 90 % de l’itinéraire en était composé. Mais heureuse surprise, il était goudronné et entièrement plat ! La piste cyclable longeait la rivière Becva jusqu’à Prerov  où nous avons fait le tour de la ville, le canal Baťa, un monument technique pour l’époque, le canal ayant été construit en 1938 et utilisé pour l’irrigation de la Slovaquie morave et le transport de lignite (ce n’est plus maintenant qu’une attraction touristique) et enfin nous  avons longé la rivière Morava jusqu’à Kromeriz, une perle placée sous le haut patronage de l’UNESCO qui grâce à son centre historique pittoresque, ses maisons bourgeoises à arcades, son immense château archiépiscopal et ses magnifiques jardins fait partie des villes les plus jolies que nous n’ayons visité encore en Tchéquie. A proximité de ces cours d’eau, le maraîchage est roi et nous croyons n’avoir jamais vu de si grandes étendues de champs de salades, cornichons ou haricots. Ce soir, nous sommes dans un petit village Kvasice.

Prerov, Kromeriz et sur la route….

Soixante dix-neuvième étape : 71 km et un peu plus de 4 H. Il a beaucoup plu cette nuit mais nous sommes partis ce matin sous le soleil. Le parcours s’est fait à travers la campagne, majoritairement sur un bon revêtement. Heureusement d’ailleurs, les quelques portions de chemin forcement fangeux avec les intempéries se sont révélées un peu glissantes, voir acrobatiques… Depuis quelques jours, nous avions eu le bonheur de passer à travers les gouttes, mais pas aujourd’hui. Nous avons subi un bel orage : éclairs, tonnerres et pluies diluviennes… Autre à propos, en Pologne, le profil était plutôt plat ou peu vallonné. En Tchéquie, le relief est beaucoup plus accidenté. Toutefois, ce soir, nous sommes à Hranice, petite ville médiévale très mignonne. A l’instar de la Pologne, ou de la plupart des pays que nous avons traversés, les tchèques sont aussi très sympathiques,  souriants et leur accueil très convivial.  Demain, nous essayerons de faire une plus petite étape direction sud-ouest de la Tchéquie, la région de la Moravie.

Hranice, ses rues, son château d’origine médiévale mais largement transformé lors de la renaissance, sa synagogue devenue musée (ici aussi, les juifs ont été exterminés), son église. Paysages au cours de notre progression aujourd’hui.

Soixante dix-huitième étape : 48 km et moins de 3 H. Aujourd’hui, nous avons fait court. Nous sommes en République Tchèque, à Ostrava. Nous sommes arrivés tôt pour nous rendre chez un vélociste afin qu’il remette en état le vélo de Véro.  Dans un premier temps, Peter le mécanicien s’est dit surchargé de travail et dans l’impossibilité de réviser la bicyclette aujourd’hui, puis après avoir discuté un peu, et lui avoir expliqué notre périple, il a accepté de regarder la machine et l’a remise en état. Sinon, nous ne pouvons pas dire qu’Ostrava soit une belle ville… C’est une ville industrielle sans vraiment de joli monument et avec une histoire un peu mouvementé. Annexée au Reich Allemand en 1939,  les quartiers germanophones sont évacués (200 seront exécutés) en 1945  et repeuplés par ceux que les autorités appelèrent « rapatriés » : des familles venant du sud de la Moravie, de Slovaquie, et des Roms. Demain, nous continuons vers l’ouest.

Notre arrivée à la frontière, le panneau existe toujours, quelques vues de Bohumin, que nous avons traversée et le thé de cette après midi.

Avant de parler de l’étape du jour, Véro plus « Corporate » que jamais à Jastrzębie-Zdrój

20190728_140137

Soixante dix-septième étape : 84 km et moins de 5 H. Ouch !!, il a fait chaud aujourd’hui. Ce devait être une étape tranquille de transition. En fait, pas si facile que çà, beaucoup de chemins en bon état mais chemins quand même, pas mal de petits raidillons et comme je l’ai déjà écrit, il a fait chaud. Enfin, nous sommes partis ce matin d’Oswiecim en passant devant le camp d’Auschwitz-Birkenau et ce soir nous sommes à Laziska, à moins de un kilomètre de la frontière Tchèque.  Il n’y a rien ici, à part une pizzeria. Donc ce fut notre dernier repas polonais hier soir. La gastronomie polonaise, il y a les soupes, carottes, betteraves, choux, tomates, les viandes, il y a les cotes de porcs panées, les rouleaux de viandes farcis, généralement servis avec du choux, et puis les pierogis, pâtes farcies. Demain, nous testerons la cuisine tchèque.

Quelques vue d’Oswiecim. Notre départ en passant devant les camps. De jolis paysages en passant. Et la toilette des vélos.

Soixante seizième étape : 81 km et 4 H 20. Nous sommes arrivés à Oświęcim. Ce nom ne veut rien dire pour beaucoup et pourtant le nom allemand de la ville est devenu après la Seconde Guerre mondiale synonyme de la barbarie nazie : c’est à Oświęcim et dans le village voisin de Brzezinka qu’est situé le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau, où plus d’un million de personnes, principalement des Juifs furent exterminés. Nous étions déjà venus pour voir ce camp et nous avons choisi, cette fois de voir cette ville polonaise sous un autre angle. L’itinéraire à partir de Cracovie s’est fait principalement en longeant la Vistule et fut plutôt plaisant. Depuis que nous sommes en Pologne, nous sommes assez surpris du train de vie des polonais. En effet, si on se réfère aux maisons, aux automobiles mais aussi aux infrastructures sportives, routières ou ferroviaires, le train de vie des Polonais semble en moyenne bien supérieur à celui des Français. Apres avoir échangé en local, en fait, il y a deux populations, celle des employés qui ont un pouvoir d’achat assez limité et celle des entrepreneurs qui eux ont un pouvoir d’achat assez important. Les salaires sont deux à trois  fois inférieurs à ceux de la France mais l’essence, les vêtements par exemple, sont eux au même prix que chez nous. Demain, nous ne serons plus très loin de la frontière tchèque.

La Vistule au départ de Cracovie, puis le long du parcours. Une jolie église bois et un stade nautique

Soixante quinzième étape : 47 km et 2 H 15. Encore une étape courte pour se remettre en jambes. Nous avons repris l’itinéraire de l’Euro vélo 4, infiniment plus agréable que celui utilisant les grands axes. Heureuse surprise, le parcours est particulièrement bien indiqué, et le revêtement est d’excellente facture. Nous avons subi un orage mais ici, il pleut 3 minutes et c’est fini, il refait beau. Beaucoup de forêts, et des champs très morcelés. Nous avons vu par exemple, une parcelle de blé moins large qu’une moissonneuse. Autre étrangeté pour nous, dans les villages, beaucoup de particuliers ont un calvaire sur leur pelouse ….  Ce soir, nous sommes à Cracovie. Nous connaissions déjà la ville que nous avons revisité cette après-midi et nous ne resterons donc pas. Demain, nous continuons notre périple vers l’ouest.

Les forêts, Krakow et ses monuments, la place principale, sa cathédrale, ses maisons atypiques, l’hôtel de ville, le beffroi, ses églises, ses tags, attractions touristiques et la statue de Jan Karski juste parmi les justes qui a essayé de dénoncer l’holocauste mais qui ne fut cru ni par les anglais, ni les aSoixante seizième méricains.

Soixante quatorzième étape : 48 km et un peu plus de 2 H 30. Petite étape en Pologne,  assez vallonnée, avec beaucoup de soleil, et des températures que nous n’avions pas eues depuis longtemps. Nous avons opté pour un parcours utilisant des grands axes, la route en général est en bon état et en cas de problème, il est plus facile de trouver une solution. La reprise pour Véro s’est plutôt bien passée (au fait, une gentille doctoresse polonaise lui a retiré ses fils hier) mais nous avons eu quelques problèmes mécaniques, le dérailleur de sa bicyclette ayant été un peu touché dans sa chute. (Et là, c’est comme en Ukrainien, je suis vite limité …). Néanmoins, ce soir nous somme a Tarnow, ville à l’histoire tourmentée également (Comme les autres villes depuis que nous sommes arrivés en Ukraine: Autrichienne, Polonaise, Austro Hongroise, Soviétique, etc. et comme les autres villes, la population juive a été exterminée avec la particularité suivante: ce sont les juifs de Tarnow qui ont été les premiers déportés à Auschwitz). Autre particularité, ici, plus de 70% de la population assiste à la messe le dimanche. Demain, direction Kracovie, ville que nous connaissons déjà.

Nous avons trouvé notre cigogne Polonaise, sinon la cathédrale, l’hôtel de ville, une maison biscornue, les restes de la synagogue, le monuments aux juifs victimes du  Nazisme, le monument aux victimes du Léninisme, assez surprenant, l’ancien complexe juif qui est devenu restaurant et boite de nuit et quelques scènes de rue

Journée de visite à Rzerzow. Nous sommes donc au Sud-Est de la Pologne, dans les basses-Carpates. Encore une ville très ancienne (1354) avec une population extrêmement jeune, principalement à cause de sa population étudiante. (Plusieurs universités publiques,  l’École Supérieure d’Ingénierie et d’Économie, l’Université de Théologie et Gestion). La mentalité ne diffère pas vraiment de celle de l’ouest de l’Ukraine, leur histoire étant en grande partie commune. (Ce fut la même nation, Empire Austro Hongrois, partition de la Pologne, occupation Allemande, Bloc soviétique et indépendance). Néanmoins ici, enfin, nous avons retrouvé un petit déjeuner avec du pain et une cuisine plus élaborée qu’en Ukraine. Demain, nous reprenons la route.

Le marché. Les églises catholiques ici, bien que fort belles nous paraissent bien fade en comparaison des églises orthodoxes. A noter que Jean Paul II est une star ici et il est  idolâtré. (Les croyants embrassent ses effigies). Le château, quelques villas et maisons remarquables. Un monument de l’ère soviétique. Le marché. Une boutique de vêtements qui pour nous sont folkloriques mais ici encore portés dans la rue. Quelques photos des plats Polonais: la soupe, le porc, le poisson, tous ces mets finement cuisinés.

Soixante treizième étape : Nous n’avons fait que quelques kilomètres à vélo, Véro étant encore trop fatiguée après son épisode vertige. Nous avons joué la sécurité et sommes arrivés en Pologne comme prévu mais en train et demain, ce sera une nouvelle journée de repos. Pour en revenir au volet gastronomie, celui de la Roumanie. Le petit-déjeuner est proche du modèle anglo-saxon (des laitages, des œufs et des charcuteries). Les principaux mets sont des espèces de feuilletés, des poivrons farcis, des rouleaux de pâtes un peu comme des crêpes épaisses farcies de fromage,  des feuilles de choux farcis de viande et la polenta qui accompagne les viandes, le poisson. En boisson, la bière est omniprésente à toute heure de la journée alors que le vin est plutôt bu durant les repas. (Nous goûtons assez peu la bière roumaine, par contre, nous avons eu d’excellente surprise avec des petits vins (rouges et blancs). Pas de photos ce soir si ce n’est que celle de ce qui nous manque le plus en terme d’aliment….

20190712_134009
Même s’il ne vaut pas celui que l’on trouve en France

Journée de visite : Lviv à moins de 100 km de la frontière polonaise est très marquée par son héritage historique. C’est le centre historique de la Galicie, province anciennement polonaise puis autrichienne puis de nouveau polonaise jusqu’en 1939, Russe, Allemande , encore Russe et enfin Ukrainienne d’où un mélange  de style: Europe centrale et orientale,  Italienne ou Allemande. Ville en travaux, partout, les façades sont restaurées, les immeubles réhabilités. Dans les restaurants également, nous y retrouvons des plats d’origine Polonaise, Autrichienne ou Ukrainienne. Une ville où il y a beaucoup de jeunes et ou gentillesse, tolérance et bonne humeur sont de mise. Nous repartons demain, direction Pologne.